Avec l’annonce de la libération de Seïf al-Islam, le fils invisible de l’ex-Guide libyen, les partisans de Mouammar Kadhafi sont convaincus que leur retour est inévitable.

Qu’ils soient hors ou à l’intérieur du pays, ils rêvent, à la faveur du chaos, d’une restauration de l’ancien régime.

La cérémonie s’est tenue dans un hôtel cossu du Caire fin juin. Plusieurs figures de l’ancien régime, des militaires et des partisans en exil de Mouammar Kadhafi s’étaient réunis. «On a fêté ça dignement», se gargarise un ancien proche du défunt colonel. Le 9 juin dernier, la brigade Abou Bakr al-Sadiq a publié un communiqué affirmant avoir «relâché Seïf al-Islam Kadhafi conformément à une nouvelle loi d’amnistie». Cette grâce édictée par le gouvernement de l’Est libyen est un signal d’ouverture supplémentaire de la part du maréchal Khalifa Haftar, qui a aussi permis récemment le retour en Libye de milliers de kadhafistes et même désigné Mabrouk Sahban – l’un des commandants les plus fidèles de Kadhafi – chef du centre d’opérations attaché à Syrte pour lutter contre les différents groupes d’insurgés.

Après cette annonce, nombreux sont les partisans de l’ancien régime, jusqu’alors divisés sur la légitimité du fils Kadhafi, à lui avoir exprimé leur soutien. Ces six dernières années, ils s’étaient scindés en trois groupes distincts s’accusant les uns les autres d’être des traîtres pour leur pays: les partisans de Seïf al-Islam ; les soutiens de Haftar et ceux voulant le retour quasi à l’identique de la Djamahiriyya libyenne. Des tensions qui sont désormais de l’ordre du passé, assurent-ils: «Seïf met tout le monde d’accord.»

Etiquette: ;