Dassault Aviation s’est montré très désireux de mettre en place une unité de production en Inde.

L’initiative sera abordée en vue d’un examen plus approfondi lors d’une rencontre de Florence Parley avec des hauts représentants indiens, qui seraient favorables au développement d’un modèle «fabriqué en Inde».

En vue d’empocher une commande supplémentaire de Rafale de la part des Forces armées indiennes, la ministre française de la Défense Florence Parley se rend en visite officielle en Inde la semaine prochaine.

La ministre, accompagnée en l’occurrence d’une délégation de fonctionnaires de la Défense et de représentants de l’industrie militaire française, envisage entre autres de rencontrer le 26 octobre des personnalités politiques et des représentants des Forces aériennes indiennes (IAF) en vue de discuter des projets bilatéraux potentiels et réalisables dans le cadre du plan «Made in India» de Narenda Modi.On s’attend à ce que les discussions portent en premier lieu sur l’initiative de Dassault Aviation, spécialisé dans l’assemblage de Rafale, d’implanter sous peu une unité de production sur le sol indien.

Ainsi, une source proche du dossier a indiqué à Sputnik que les négociations auraient pour but de lever les obstacles entravant la coopération bilatérale en matière de défense, y compris le transfert de technologie.

«Nous attendons depuis longtemps la décision finale sur le programme de moteurs à réaction de la part de nos collègues indiens. Cela ne s’est jusqu’alors pas déroulé selon nos attentes», a expliqué un porte-parole de l’entreprise, dont les propos ont été traduits de l’anglais.Safran, Thales et plusieurs autres entreprises françaises s’attendent à une coopération approfondie avec leurs collègues indiens concernant la vente de Rafale en plus des 36 exemplaires de l’avion de combat bimoteur commandés par le pays en 2016.

En poussant les industriels étrangers à produire sur son territoire, le gouvernement nationaliste hindou espère dynamiser les créations d’emplois dans son pays. Celles-ci sont actuellement en berne, à l’heure même où un million de jeunes Indiens arrivent chaque mois sur le marché du travail.

La croissance indienne est l’une des plus rapides des grandes économies de la planète mais a déçu l’année dernière. Sur l’année financière 2016-2017, le PIB indien a crû de 7,1%, contre 8% sur l’exercice précédent.

Etiquette: