Le leader de La France insoumise dénonce le montant de la contribution française au budget de l’Union européenne.

Après le symbole du drapeau européen, Jean-Luc Mélenchon s’attaque à un dossier… sonnant et trébuchant. Alors que les parlementaires ont débuté l’examen du projet de loi de Finances 2018, le fondateur de La France insoumise dénonce vendredi dans une vidéo publiée sur YouTube le montant de la contribution française au budget de l’Union européenne, de 20,200 milliards d’euros. «C’est beaucoup», s’insurge le député des Bouches-du-Rhône qui souligne que «c’est cinq fois plus qu’en 1982» et «1,7 milliard de plus que l’année» dernière. «Heureusement, y’en a 14 milliards qui reviennent», poursuit le député, allusion aux versements de l’UE liés, notamment, à la politique d’agricole commune (Pac). «Solde net (…) nous donnons, nous contribuons, nous offrons, nous dépensons six milliards pour l’Union européenne», s’agace Jean-Luc Mélenchon. «Pas pour harmoniser les droits sociaux», s’étonne-t-il tout en fustigeant la Pac qui prône «une agriculture productiviste et chimique».

«C’est peut-être le moment de commencer à regarder les sommes. Ce n’est pas la peine de bêler en cadence ‘’l’Europe ceci, l’Europe cela ». C’est ‘’à quoi sert tout ça? »», poursuit Jean-Luc Mélenchon qui sera samedi et dimanche à Lisbonne (Portugal) pour prôner «un plan B» européen. Le parlementaire met en exergue les fameux six milliards et le déficit français: «La France est le dernier pays qui est dans la liste des pays qui sont montrés du doigt et encourent une procédure pour déficit excessif. Alors on est en déficit excessif mais on fait cadeau de six milliards?» L’ancien candidat à l’élection présidentielle y voit «une dépense somptuaire» qu’il serait bon de revoir: «Supposez que ces six milliards ne soient pas donnés (…) Les Français pourraient dire ‘’I want my money back ». Rendez-nous les six milliards. Ça ne serait pas choquant», lance-t-il en citant l’ancienne première ministre britannique conservatrice Margaret Thatcher.

Sans ces six milliards offerts à l’Union européenne, l’Insoumis en chef juge que le budget de la France serait «en dessous des 3%» de déficit, ce seuil maximal imposé aux États. «Si on ne faisait pas ce cadeau, eh bien nous serions dans les clous et il ne serait pas utile de faire toutes ces coupes claires dans le budget» de la France, vante-t-il.

Un refrain récurrent chez les souverainistes, de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen. Cette dernière avait martelé cet argument pendant la dernière élection présidentielle. La Commission européenne avait jugé qu’il était normal que la France, 3e pays le plus riche de l’UE, apporte une contribution significative, notant par ailleurs qu’elle était le pays qui recevait en retour le plus d’argent de l’UE.

Etiquette: ;