Carles Puigdemont, président catalan, a indiqué, samedi, que les autorités de la région catalane et son peuple «n’accepteront pas le plan de Madrid, visant à limiter l’indépendance de la Catalogne ».

C’est ce qui ressort d’un discours télévisé de Puigdemont, diffusé par l’agence espagnole (EFE, Officiel), en guise de réponse à l’annonce faite par le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, concernant de nouveaux plans visant à dépouiller les dirigeants catalans de leurs pouvoirs, et appelant à la tenue d’élections régionales anticipées dans 6 mois.

Puigdemont a appelé le Parlement à se réunir, pour discuter des mesures dévoilées par le gouvernement central à Madrid, qu’il a qualifiées de « la pire attaque » contre la région catalane, depuis l’époque du dictateur Francisco Franco.

Il a mis en garde contre «la réaction des citoyens de la région catalane (à l’égard de ce plan) ».

Il est prévu que le Sénat espagnol discute des mesures proposées par Rajoy, lors d’une plénière prévue le 27 octobre courant.

Les mesures du gouvernement espagnol interviennent en réponse au référendum tenu par les autorités catalanes, le premier octobre courant, pour se séparer de l’Espagne.

Le gouvernement espagnol a décidé, samedi, d’activer l’article 155 de la constitution, qui limite l’autonomie de la région catalane.

Le Parti populaire de Rajoy (PP, libéral-conservateur) a la majorité au Sénat, ce qui signifie que ces propositions sont susceptibles d’être adoptées.

Etiquette: ; ;