Enseignant et chef du département des études sur la guerre à l’école spéciale de Saint-Cyr, Thomas Flichy de La Neuville fait pour RT France le bilan de la guerre contre Daesh en Syrie. Et pointe les contradictions de la France et des Occidentaux.

«On peut dire que la guerre contre l’Etat islamique, qui aurait pu être réglée en quelques semaines s’il y avait eu dès le début […] un raid blindé sur Raqqa, cette guerre, aujourd’hui, elle touche peut-être à sa fin», estime Thomas Flichy de La Neuville, chef du département des études sur la guerre à l’école spéciale de Saint-Cyr, interviewé par RT France.

Alors que Raqqa, ancienne capitale autoproclamée de l’Etat islamique en Syrie, a été libérée fin octobre 2017 avec le soutien des Etats-Unis, le spécialiste estime qu’il restera sans doute un «réduit» de terroristes dans la région. Selon Thomas Flichy de La Neuville, dans le cas où les combattants de Daesh seraient acculés à la reddition, cela aurait pour conséquence l’exfiltration des djihadistes vers d’autres théâtres tels que la Libye… ou l’Europe.

Для плеера требуется установить Flash Player

Etiquette: ; ;