L’Allemagne et l’Ukraine ne s’attendent pas à ce que la Russie rende un jour la Crimée, estime le député de Bundestag, Alexander Lambsdorff.

Bien que Berlin n’apprécie pas la politique de Moscou à l’égard de l’Ukraine, il n’envisage plus de soulever la question sur le statut de la Crimée, a déclaré le vice-président du groupe parlementaire du parti Parti libéral-démocrate (FDP), Alexander Lambsdorff, dans une interview accordé au quotidien allemand Die Welt.

«Même le gouvernement de Kiev ne croit pas à ce que Moscou rende la Crimée dans un avenir prévisible. Nous pensons de la même manière», a-t-il indiqué.

Dans le même temps, l’homme politique a appelé à maintenir le dialogue avec Moscou sur les questions d’intérêt commun, malgré la situation concernant la péninsule.

Pour rappel, Sahra Wagenknecht, une des dirigeantes du parti de gauche allemand Die Linke, a apprécié en septembre l’appel du chef de file du Parti libéral-démocrate allemand, Christian Lindner, à reconnaître «la pérennité du statut temporaire» de la Crimée. Selon elle, il faut revenir à une politique de détente dans les relations avec Moscou.La Crimée est redevenue russe après la tenue du référendum du 16 mars 2014 au cours duquel plus de 96% des habitants de la péninsule se sont prononcés pour la réunification avec la Russie.

Cette consultation populaire a été organisée après le coup d’État de février 2014 en Ukraine, quand des politiques solidaires de forces nationalistes, y compris russophobes, sont arrivés au pouvoir à Kiev.

Etiquette: ; ; ;