L’Iran et la Russie sont capables de parer les sanctions des États-Unis et d’isoler ces derniers, en renonçant au dollar au profit des monnaies nationales dans les transactions bilatérales et multilatérales, a déclaré le Guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, à Vladimir Poutine. Sputnik s’en est entretenu avec des experts.

Il ne s’agit évidemment pas d’un isolement géopolitique, mais exclusivement économique, a déclaré à Sputnik Nikolaï Kojanov, de l’Université européenne à Saint-Pétersbourg, tout en ajoutant que même un tel isolement économique ne serait pas toujours payant.

«Il ne faut pas y bercer d’illusions particulières. Le passage au règlement des comptes en monnaies nationales serait une mesure tout à fait contrainte, et non une tentative d’isoler les États-Unis. Elle ne concerne que les transactions commerciales entre la Russie et l’Iran. L’importance en est évidente et s’explique par de nouvelles sanctions américaines», a expliqué l’interlocuteur de l’agence.

Et de prévenir que du point de vue économique, une telle mesure n’était pas toujours rentable, les exportateurs assumant des pertes liées à la disparition du dollar qui leur aurait assuré des bénéfices supplémentaires grâce à la différence des cours de change.

«Quoi qu’il en soit, dans la situation présente cette mesure est nécessaire», a admis M.Kojanov.

Un autre interlocuteur de Sputnik, Hassan Beheshtipour, de la chaîne de télévision iranienne anglophone Press TV, a estimé pour sa part que la proposition de passer aux monnaies nationales dans les transactions bilatérales avait des perspectives, mais l’essentiel dans sa réalisation revenait aux structures bancaires de l’Iran et de la Russie.

«Le refus du dollar américain dans les rapports commerciaux entre l’Iran et la Russie, ainsi qu’entre les autres pays de la région a une perspective tout à fait logique et réelle, mais à condition que les systèmes bancaires de nos pays fassent preuve de volonté nécessaire», a souligné ce spécialiste des relations internationales.

Selon ce dernier, cela pourrait servir d’exemple et déclencher une réaction en chaîne pour d’autres acteurs économiques importants, notamment la Chine, l’Inde et les pays de l’Union économique eurasiatique.

«L’intégration des monnaies de ces pays pourrait également amorcer l’affaiblissement de l’hégémonie du dollar sur le marché mondial. Cela est particulièrement d’actualité quand les États-Unis utilisent tous les moyens pour affaiblir l’économie de nos pays*, en adoptant des sanctions sans cesse nouvelles. Aussi, dans ce contexte, le passage au règlement des comptes en monnaies nationales est-il extrêmement important et nécessaire pour la Russie et l’Iran», a conclu le politologue iranien.

L’entretien évoqué entre le Président russe Vladimir Poutine et le Guide de la révolution iranienne, l’ayatollah Ali Khamenei, a eu lieu mercredi 1er novembre dans le cadre d’une visite du chef de l’État russe à Téhéran pour assister au sommet tripartite de l’Iran, de la Russie et de l’Azerbaïdjan.

* Iran et Russie

Etiquette: ; ;