Le comité russe d’enquête n’a trouvé aucune preuve en faveur de la version mise en avant par l’Agence mondiale antidopage (AMA) concernant le dopage de masse par les athlètes russes.

En outre, les enquêteurs n’ont pas trouvé de traces du «programme de dopage» qui, selon Richard McLaren, a existé en Russie, a déclaré la porte-parole du comité de la Fédération de Russie Svetlana Petrenko.

Selon elle, les enquêteurs ont également réfuté les arguments de l’expert indépendant de l’AMA Richard McLaren de substitution au laboratoire antidopage des Jeux olympiques d’hiver à Sotchi des tests de dopage positifs des athlètes russes contre les négatifs, ainsi que l’existence en Russie d’un certain état des programmes antidopage pour les athlètes conquérantes le nombre maximum de médailles.

«S’il y avait eu des violations des règles antidopage, ils avaient porté le caractère individuel purement», a dit Petrenko.

Elle a noté que dans l’affaires de «cas de dopage» les enquêteurs ont interrogé plus de 700 athlètes, entraîneurs, personnel médical des équipes nationales de la Russie, vivant sur tout le territoire de la Fédération de Russie, les employés des fédérations sportives russes, le Centre des équipes de formation sportive de la Russie, RUSADA et Centre antidopage.

Etiquette: ;