La situation en Syrie au cours des deux dernières années a sérieusement changé. L’État islamique a perdu presque tous ses territoires et ne se procure actuellement de sa présence que dans le sud de la province de Deir ez-Zor.

Ainsi, la situation est dans une phase de transition progressive d’une confrontation armée à un règlement politique de la crise. Dans de nombreuses parties de la Syrie, où les batailles quotidiennes faisaient rage, les zones de désescalade fonctionnent maintenant, et les parties restent silencieuses.

Grâce à cela, les politologues et les sociologues ont pu commencer à travailler sur l’étude de l’opinion publique en Syrie.

Le politologue et chef du groupe d’experts, une professeure de l’Université de Saint-Pétersbourg Marie Pouchkine souligne que le but principal de l’enquête est de comprendre le véritable état des choses dans le pays et analyses les pensées des Syriens au sujet de la situation dans le pays arabe.

Selon le sondage, presque tous ceux qui se sont exprimés en faveur de Bashar Assad et de la Russie en tant que pays ami, ont également déclaré qu’ils ne permettaient pas le démembrement du pays en parties et la séparation de la Syrie du Kurdistan. Leur nombre a dépassé 80 pour cent.

En même temps, la majorité des Syriens interrogés estiment que la vie de leur pays doit être formée sur les principes d’un Etat laïc, certains d’entre eux, en outre, notent la nécessité de prendre en compte également la composante religieuse.

 

Etiquette: ; ;