La présidente du parlement catalan et cinq autres élus se retrouvent jeudi devant un juge de la Cour suprême de Madrid.

Au lendemain d’une grève en Catalogne pour dénoncer l’incarcération de dirigeants séparatistes, d’autres responsables indépendantistes devaient être entendus jeudi par la justice espagnole, qui pourrait les placer en détention pour avoir déclaré l’indépendance de la région.

La présidente du parlement catalan Carme Forcadell, 58 ans, et cinq autres élus se retrouveront devant un juge de la Cour suprême de Madrid, Pablo Llarena, à partir de 9h30 (08h30 GMT). Il devra décider s’ils se sont rendus coupables ou non de rébellion, sédition et malversations de fonds, en vue de déclarer l’indépendance.

Ils sont soupçonnés d’avoir suivi «une stratégie concertée en vue de déclarer l’indépendance», et ce bien avant la déclaration officielle du parlement catalan le 27 octobre, déclaration annulée mercredi par la Cour constitutionnelle, dans la plus grave crise qu’ait connue l’Espagne en 40 ans de démocratie.

Etiquette: