Les habitants de l’archipel calédonien doivent se prononcer en 2018 sur leur maintien dans la communauté française.

Ce processus, entamé il y a une trentaine d’années entre dans sa phase décisive, mais le dossier n’est pas prêt de se refermer. Rencontre avec deux élus indépendantistes.

La Nouvelle-Calédonie, française depuis 1853, ne le sera peut-être plus l’année prochaine. «Il était important de faire un point sur la mise en œuvre des accords de Nouméa, signé il y a 19 ans», souligne Roch Wamytan, président du groupe UC FLNKS et Nationalistes. Le temps passe, et le temps presse: même si la réunion du «16e Comité des signataires des accords de Nouméa de mai 1998» a été unanimement qualifiée de succès, il reste des questions en suspens, d’autant plus qu’une «phase à haut risque» approche.

Si le referendum « n’aboutit pas à la nouvelle organisation politique proposée » par le referendum, l’Accord de Nouméa prévoit que deux autres consultations pourront être organisées, en 2020 puis en 2022.

Etiquette: ;