Après vingt d’ans d’interruption, la mise en oeuvre de la peine capitale va reprendre dans l’Etat du Nebraska, dans le centre des Etats-Unis, avec l’exécution d’un meurtrier au moyen d’une association médicamenteuse non expérimentée.

Les responsables pénitentiaires ont informé jeudi Jose Sandoval, 38 ans, dans le couloir de la mort pour le meurtre de cinq personnes lors du braquage d’une banque en 2002, sur leur intention d’appliquer sa sentence par injection létale. L’utilisation prévue d’un nouveau protocole médicamenteux pourrait entraîner des recours en justice, les opposants à la peine de mort ayant émis des inquiétudes à ce sujet.

«Toute nouvelle association médicamenteuse signifie que l’exécution est une sorte d’expérimentation humaine», a souligné Robert Dunham, du Centre d’information sur la peine capitale. «Ca ne veut pas dire que ça ne va pas marcher mais ça soulève de nouvelles questions auxquelles les prisonniers vont à coup sûr demander à la justice de répondre», a-t-il poursuivi.

Etiquette: ; ;