(le début)

Selon elle, c’est le fondateur d' »Hermitage Capital » qui a incliné les députés européens pour ce pas. « Sachant les méthodes du travail de Browder, je n’y vois rien de surprenant.

Il a peur de faire avancer l’enquête russe, qui a une preuve incontournables de ses crimes financiers, ainsi que le fait que toute la version de Browder sur le meurtre de Sergueï Magnitski soit une fiction à cent pour cent. C’est pourquoi Browder est prêt pour toute action provocatrice », souligne Veselnitskaya.

En septembre, William Browder a intenté une action en justice de la capitale chypriote en vertu d’une injonction urgente contre le transfert vers la Russie les dossiers, qui pourraient concerner ses activités. Selon Natalia Veselnitskaya, le but des Britanniques est d’obtenir une ordonnance du tribunal qui reconnaîtrait la persécution de Browder politiquement motivée. « Ainsi, le chef d’un grand groupe criminel transnational pourrait échapper à la punition criminelle », a déclaré l’avocat.

En 2013, la Cour Tverskoy de Moscou a trouvé William Browder, qui avait dirigé dans les années 1990 et début des années 2000 « Hermitage Capital », coupable d’évasion fiscale à grande échelle (522 millions de roubles). Il avait ensuite été condamné par contumace à neuf ans de prison.

En septembre 2017, la même Cour a commencé à entendre une autre affaire criminelle, qui a présenté Browder et Tcherkassov, – sur la faillite délibérée de la société «Dalniaya Step», ayant existé de 1998 à 2006, et ayant conclu son solde des actions «Gazprom». Selon l’enquête, les dommages s’élevaient à 3,5 milliards de roubles.

L’enquête allègue qu’en 2006 la société «Dalniaya Step» a vendu ses actions de «Gazprom» et en a placé l’argent (environ 2,8 milliards) aux « Cerasus Investment Ltd », « Apricus Investment Ltd » et à la société «Oasis M».

Avec cela, les autorités russes «ont pris une vaste gamme de documents de Chypre», a déclaré le 1er Juin 2017 le procureur général russe Youri Tchaïka. C’est ce fait dont, selon Tchaika, Browder a le plus peur».

(à suivre)

Etiquette: ; ;