Le Secrétaire général d’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), Jens Stoltenberg, a présenté, ses excuses auprès de la Turquie, après le scandale du soldat norvégien ayant inscrit le nom d’Ataturk et d’Erdogan sur des cibles censées représenter l’ennemi.

Stoltenberg a ajouté, dans un communiqué, «j’étais informé par ce qui s’est passé lors des manœuvres de l’OTAN au centre de guerre commun dans la ville norvégienne de Stavanger. Je m’excuse pour cette erreur commise par une seule personne, et qui ne reflète pas la position de l’OTAN ».

Le communiqué a souligné que la personne responsable du scandale a été limogée, et qu’une enquête a été ouverte à son encontre.

Il a indiqué que cette personne n’était pas employée du l’OTAN, mais que c’est un civil qui travaille en tant que contractuel et qui a été nommé par le côté norvégien. La décision de sa sanction éventuelle sera donc prise par les responsables norvégiens.

Le Secrétaire général de l’OTAN a affirmé que «la Turquie est un membre de valeur de l’OTAN, et qu’elle a des contributions importantes dans sa sécurité».

Un haut responsable de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), a fourni, vendredi, des explications, sur l’incident qui a eu lieu en Norvège lors des manœuvres Trident Javelin, au cours desquels le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le fondateur de la République turque, Mustafa Kemal Ataturk, ont été présentés sous les traits d’ennemis.

Selon les informations fournies par un responsable de l’OTAN à Anadolu, deux incidents ont eu lieu lors de manœuvres théoriques de « simulation ».

Il a déclaré qu’un membre du personnel technique relevant du centre militaire conjoint en Norvège, supervisant les modèles de simulation, a placé une photo d’une statue du fondateur de la République turque, Atatürk, accompagnant la biographie d’un dirigeant ennemi.

Après enquête, le technicien qui a placé la photo de la statue a déclaré avoir agi par erreur, et présenté ses excuses, soutenant qu’il ne savait pas qu’il s’agissait d’une photo du fondateur de la République de Turquie, Mustafa Kemal Atatürk.

Après l’intervention de la délégation militaire turque, le portrait d’Atatürk a été retiré des modèles de dirigeants ennemis.

Concernant le second incident, selon le haut responsable de l’OTAN, un membre du personnel civil faisant partie des sous-traitants de l’armée norvégienne, a ouvert, lors des exercices de simulation, un compte au nom de Recep Tayyip Erdogan.

Etiquette: ; ; ; ;