Lors d’une visite à Belgrade, la Président du Conseil de la Fédération de Russie Valentina Matvienko est intervenue à la session du Parlement de Serbie, en s’arrêtant en particulier à un moment important dans l’histoire des deux pays – la libération de Belgrade de l’occupation nazie.

En octobre, la capitale serbe en a fêté 73e anniversaire.

« Ensemble, nous avons vaincu les envahisseurs fascistes et libéré Belgrade. Nous avons toujours soutenu et soutenons le peuple serbe concernant les problèles du Kosovo, en grande partie provoquée par une agression extérieure et d’ingérence des pays de l’OTAN dans les affaires intérieures de la Yougoslavie d’alors ».

« Aujourd’hui, la protection de la mémoire partagée devient une tâche de plus en plus urgente. En Europe, les cas de destruction de monuments commémoratifs aux victimes et aux héros de la Seconde Guerre mondiale sont devenus plus fréquents. En Ukraine et en Pologne, la destruction des monuments aux libérateurs est devenue le phénomène de la politique d’État. Nos peuples ont payé le prix fort pour la purification de l’Europe et du monde du nazisme et, dans nos pays, la mémoire des soldats vainqueurs est honorée. Je crois que nous devons soutenir l’idée de reconnaître la victoire sur le nazisme après la Seconde Guerre mondiale en tant que patrimoine mondial de l’humanité.

Un registre mondial des monuments aux combattants contre le nazisme peut devenir la réalisation de cette idée. Ceci est important pour la mémoire et pour cela ne se répète jamais. Quand il y a une héroïsation du nazisme, les nouveaux voyous organisent des processions aux flambeaux, cela rappelle les événements de l’histoire passée. Cela attirera l’attention du monde sur les actions des pays qui veulent effacer ou réécrire les pages les plus importantes de l’histoire du 20ème siècle ».

Valentina Matvienko a également accentué la question des sanctions anti-russes, auxquelles, comme on le sait, la Serbie ne s’est pas jointe.

« La Serbie elle-même était l’objet de pressions extérieures. La Russie n’oubliera pas l’agression de l’Occident dans les années 1990, dont l’issue – le démembrement forcé d’un Etat européen souverain et changement des frontières en Europe intérieure», a dit Valentina Matviyenko.

Etiquette: ; ; ;