Six demandeurs d’asile syriens, interpellés mardi sur des soupçons de préparer un attentat en Allemagne, ont été remis en liberté mercredi faute de preuve, selon le parquet de Francfort (ouest).

Les enquêteurs n’ont pas trouvé « d’indices suffisants » permettant de conclure que les hommes avaient bien préparé une attaque ou qu’ils soient membres du groupe terroriste Etat islamique, a précisé un porte-parole du parquet à l’AFP.

Mardi, le parquet avait annoncé leur arrestation lors de vastes perquisitions conduites simultanément dans huit appartements de quatre villes : Cassel (centre-ouest), Hanovre (nord), Essen (ouest) et Leipzig (est). Les six hommes, âgés de 20 à 28 ans, sont arrivés dans le pays entre décembre 2014 et septembre 2015, soit en pleine crise des réfugiés. L’Allemagne a accueilli quelque 1,2 million de personnes depuis 2015.

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive depuis un an et demi en raison de plusieurs attentats islamistes perpétrés ou envisagés dans le pays, notamment celui au camion-bélier revendiqué par l’Etat islamique qui a fait 12 morts en décembre 2016 sur un marché de Noël à Berlin. Fin juillet, un demandeur d’asile en passe d’être débouté a tué une personne à coups de couteau dans un supermarché et en a blessé six autres, un acte motivé selon la justice par « l’islamisme radical ». Et fin octobre, la police allemande a interpellé un Syrien de 19 ans soupçonné de préparer un « grave attentat » à la bombe.