L’armée égyptienne a annoncé mercredi avoir détruit dix véhicules chargés d’armes et de munitions à la frontière libyenne, annonce l’AFP.

L’armée frappe régulièrement des véhicules de contrebande d’armes à la frontière égypto-libyenne.

La semaine dernière, les autorités ont assuré que le groupe Ansar al-Islam, qui a revendiqué l’attaque du 20 octobre ayant tué au moins 16 policiers en Égypte, dans le désert occidental, avait été formé dans la ville libyenne de Derna, considérée comme un bastion djihadiste.

Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi à l’été 2013, les forces de sécurité égyptiennes affrontent plusieurs factions extrémistes qui multiplient les attaques.

La situation est particulièrement explosive dans la région du nord du Sinaï où la branche égyptienne du groupe État islamique reste très active