Après la signature de l’accord-cadre avec l’UE, l’esprit de la politique des dirigeants russes a été profondément modifié dans le domaine de la politique arménienne.

Les drapeau de l’Arménie et de l’EU dans les rue de la capitale après la signature de l’accord avec l’UE

La critique et le mécontentement envers le Kremlin dans ce pays avaient sonné bien avant l’événement fatidique pour les Arméniens, mais ils n’avaient pas de caractère d’ultimatum prononcé.

Les déclarations populistes des politicologues malchanceux d’Erevan, selon lesquelles l’Occident se battrait pour l’Arménie, étaient combinées de manière organique avec les déclarations identiques des représentants de l’élite politique, qui continuaient à dire que la Russie pouvait perdre le contrôle de cet Etat du Sud-Caucase. Maintenant que «l’intrigue principale» de l’année est terminée, un accord avec l’UE a été signé, une nouvelle vague anti-russe se faufile dans le champ politique de l’Arménie.

Les techniciens politiques arméniens tentent de lancer une nouvelle tendance anti-russe vers la politique de l’Etat russe. Son essence réside dans le fait que la Russie doit désormais faire preuve de prudence et comprendre que la poursuite de la politique précédente à l’égard de l’Arménie – militaire, économique, culturelle – conduira à la perte de l’allié le plus proche du Caucase du Sud.

Alors, nous voyons le début d’un processus, mais il est réversible, il y a encore le temps de tout réparer. Mais pour cela, des transformations internes, impliquant un changement de pouvoir de quelque manière que ce soit, peut-être même révolutionnaire, sont nécessaires.

Etiquette: ; ;