Deux Soudanais ont été condamnés aujourd’hui en correctionnelle à Caen à respectivement quatre et six mois de prison, l’un pour rébellion, l’autre pour violence à l’égard de gendarmes alors que ces migrants étaient ivres sur le port de Ouistreham.

Le tribunal, qui a aussi demandé le placement sous mandat de dépôt des prévenus, a été plus clément que le parquet qui avait requis huit et douze mois de prison ferme après avoir dénoncé des « violences parfaitement inadmissibles ».

Les deux hommes ont été interpellés samedi par des agents de sécurité du port alors qu’ils étaient agrippés à l’essieu d’un camion pour tenter de passer en Angleterre. Selon un gendarme appelé en renfort puis blessé à la main, l’un des prévenus a notamment donné « deux coups de poing très violents » à un agent de sécurité qui a reçu 10 jours d’ITT (incapacité totale de travail). L’autre prévenu a notamment donné un coup à un gendarme en tentant de fuir.

Les deux migrants, qui disent être mineurs mais sont majeurs selon le parquet, ont été condamnés à payer en tout, l’un 300 euros de dommages et intérêts, l’autre 900 euros, aux parties civiles (trois gendarmes et quatre agents de sécurité).

Les deux jeunes Soudanais, également condamnés pour tentative d’intrusion sur le port, ont expliqué être passés par la Libye et la Méditerranée avant de rejoindre la France.

Etiquette: ; ;