Presque toujours souriant, be bonne huemeur, cet ex-président, mais nourrissant ses ambitions politiques, François Hollande est récompensé d’un prix spécial pour l’ensemble de ses traits d’humour, a-t-on appris ce mardi auprès du Press Club de France – inventeur du prix.

Ce prix, créé en 1988 et décerné par un jury de journalistes et d’humoristes présidé par Nelson Monfort, doit être décerné ce mardi soir à l’ex-chef de l’Etat, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

Connu pour son humour et très souvent nommé par le Press Club pour ses « hollanderies », notamment durant son passage à l’Elysée (2012 – 2017), François Hollande est récompensé pour plusieurs phrases prononcées depuis 2016: « Toutes les décisions que je prends, je les prends seul avec moi-même, dans un dialogue singulier », « Heureusement que le Canard enchaîné est un hebdomadaire et pas un quotidien, sinon imaginez où on en serait avec Fillon ! », « Aujourd’hui, je suis à deux doigts d’être aimé » ou encore « Je salue Christiane Taubira… Sa voix peut porter, même quand elle ne dit rien ».

François Hollande succède au palmarès à l’actuel ministre de l’Economie Bruno Le Maire qui, alors qu’il était candidat à la primaire de droite pour la présidentielle de 2017, avait remporté le Grand Prix 2016 pour sa petite phrase « Mon intelligence est un obstacle ».

Le Prix spécial du jury est par ailleurs décerné au ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, pour sa sortie, pendant la campagne présidentielle : « J’ai refusé d’être candidat car j’avais peur d’être au second tour ».

Un autre Prix du jury est attribué à Brigitte Macron, qui ne devrait pas assister à la cérémonie, pour : « Le seul défaut d’Emmanuel, c’est d’être plus jeune que moi ».

Etiquette: ;