Emmanuel Macron a déclaré compter sur la Russie et la Chine, pour imposer de nouvelles sanctions au régime de Pyongyang.

Le Conseil de sécurité s’apprête à accentuer sa pression sur la Corée du Nord après l’essai d’un nouveau type de missile pouvant frapper n’importe où aux États-Unis, et sa revendication d’être devenu un «État nucléaire» à part entière. Lors d’une réunion consacrée à la Corée du Nord qui se tiendra mercredi soir à partir de 22h30, plusieurs membres du Conseil de sécurité «devraient appeler à de nouvelles mesures» coercitives, selon son président en exercice, l’ambassadeur italien Sebastiano Cardi.

Au cours d’un entretien sur France 24 et RFI en marge d’un sommet entre l’Union européenne et l’Union africaine à Abidjan, Emmanuel Macron a d’ores et déjà annoncé qu’il comptait «beaucoup en particulier sur la Chine et la Russie pour prendre les sanctions les plus difficiles et les plus efficaces sur la Corée». «Je condamne à nouveau le tir qui a été fait hier avec la plus grande force et maintenant nous devons accroître les sanctions», a-t-il déclaré.

Etiquette: ; ;