À la base d’Et Tanf, il y a 500 personnes des forces spéciales et des instructeurs des États-Unis. Dans la même région, les factions Kuvat Shahid Ahmad Abdo, Usud Sharqiya et Liwa Shuhada El-Karjatein sont basées.

Plus tôt, ils faisaient partie de la soi-disant «Nouvelle armée syrienne», créée par les Américains en 2015. Avec leur support, les États-Unis ont maintenu la menace qui pesait sur Damas depuis le nord-est, grâce aux liens entre la «nouvelle armée syrienne» et les factions de Kalamun oriental et d’East Gutha.

Lorsque l’armée arabe syrienne, avec le soutien de ses alliés a combattu l’EI sur les rives de l’Euphrate, le Pentagone a dit d’envisager de transférer ces groupes dans le nord de la Syriepour participer à l’offensive de Deir ez-Zor.

Mais cela ne s’est pas produit. Les troupes syriennes ont contourns l’Et-Tanf et vaincu l’EI sur l’Euphrate, en libérant Deir ez-Zor. Les combattants armés et payés par les États-Unis ont commencé à se battre contre l’armée syrienne, à la fin ils ont eu une défaite et se sont reculés sous la protection des avions américains.

En même temps, en répondant aux questions de l’agence de nouvelles russe «Novosti» le porte-parole du Pentagone a déclaré que 500 soldats américains à At-Tanf, ne suffisent pas à contrôler la situation dans le camp «Al-Rukban». Il a dit que la partie américaine était prête à garantir la sécurité des convois d’aide internationale de la frontière de la zone de 55 km de «Rukban» et d’assurer une répartition équitable des biens sur le territoire du camp.
De toute évidence, le porte-parole du Pentagone a menti, parce que si les Etats-Unis ne contrôlent pas la situation dans le «Rukban» et ont refusé les relations avec les groupes qui s’y trouvent, cela signifie qu’ils ne peuvent pas assurer la sécurité des convois et la distribution des marchandises dans le camp.
Il semble que l’armée américaine voudrait quitter cet endroit, abandonnant les réfugiés et les militants à la merci du destin.

Etiquette: ; ;