Le nouveau porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, a souhaité clarifier la position de la France en annonçant ce dimanche, sur la chaîne d’information locale « Cnews », que La France n’interviendra pas militairement en Libye.


Interrogé sur le sujet dimanche, Griveaux a précisé que la France n’envisageait pas d’intervenir militairement en Libye tout en invoquant une « force interafricaine ».

« Il n’y aura pas d’intervention militaire de la France. Il faut qu’il puisse y avoir une force interafricaine qui puisse intervenir. La France et l’Union européenne peuvent être là en soutien sur l’intelligence, sur les services, sur le renseignement, sur la technique, mais il est important que cette opération puisse être conduite sous l’autorité et par des contingents militaires interafricains », a déclaré le porte-parole.

Il a d’ailleurs publié un tweet par la suite, sur son compte personnel en déclarant : « En Libye, on a fait la guerre mais on n’a pas préparé la paix. Emmanuel Macron s’est emparé du sujet dès le début de son mandat ».

En effet, Macron avait annoncé, en marge du sommet Union européenne-Union africaine d’Abidjan, le 29 novembre dernier, « la mise en place d’une « task force » chargée de venir en aide aux migrants clandestins coincés en Libye et de combattre les réseaux de passeurs ».

A la suite de cette annonce, les responsables de l’Union européenne et de l’Union africaine s’étaient empressés de préciser « qu’il ne s’agissait pas d’une force d’intervention étrangère ». Ils préféraient évoquer aux médias que cette « task froce » prévoyait « un renforcement de la coopération dans les actions contre les trafiquants qui opèrent en Libye et dans les pays voisins et d’un soutien accru aux migrants ».

La déclaration du porte-parole du gouvernement va dans le même sens et met fin ainsi à la polémique naissante qui parlait d’une nouvelle intervention de la France en Libye.

Une vidéo filmée par des reporters de la chaîne de télévision américaine CNN a montré, récemment, des migrants africains vendus tout en subissant des traitements dégradants en Libye, ce qui avait provoqué un tollé et une réaction d’indignation en chaine au plan international.

Etiquette: ; ;