Sans surprise, l’attaquant portugais a décroché ce jeudi son cinquième Ballon d’Or, égalant au passage le record de son grand rival argentin.

La guerre des étoiles, épisode X. Lionel Messi n’est plus seul dans la galaxie des têtes couronnées à cinq reprises. Au firmament du football mondial, il y a désormais l’Argentin et son plus grand rival, Cristiano Ronaldo. Grand favori à sa propre succession, déjà élue joueur UEFA 2016-2017 et joueur Fifa 2017, la superstar portugaise de 32 ans a fort logiquement décroché ce jeudi le cinquième Ballon d’Or de sa carrière. Une récompense attendue tant CR7 a porté le Real Madrid la saison dernière. Raflant tout sur son passage : championnat d’Espagne (avec 25 buts à son actif), Supercoupe d’Espagne, Ligue des champions et Supercoupe d’Europe.

Sur le plan individuel, c’est en C1 que Ronaldo a surtout marqué les esprits. Inscrivant la bagatelle de 12 buts, dont 10 à partir des quarts de finale et 2 en finale face à la Juventus Turin (4-1). Des statistiques ébouriffantes qui ont permis au Real de devenir le premier club à conserver son trophée depuis le grand AC Milan d’Arrigo Sacchi en 1989 et 1990. Si en Liga, sa soif de buts est loin d’être assouvie depuis le début de la saison (2 buts), l’Europe aiguise son appétit féroce.

Mercredi soir, contre le Borussia Dortmund (3-2), le quintuple Ballon d’Or a renforcé un peu plus sa légende de buteur diabolique : auteur d’une frappe flottante chirurgicale, Ronaldo est en effet devenu le premier joueur à marquer lors des six matches de poules d’une édition de C1, là où Neymar avait échoué la veille face au Bayern Munich, tout en y égalant le record de Messi (60 buts). Seule petite ombre au tableau, sa troisième place avec le Portugal lors de la Coupe des Confédérations l’été dernier, derrière l’Allemagne et le Chili, avec 2 petites réalisations à son actif. Une simple péripétie, le champion d’Europe 2016 ayant validé son ticket pour le Mondial 2018, sans passer par les barrages, avec 11 buts signés CR7.

Etiquette: ; ;