Plusieurs milliers de manifestants ont défilé dimanche à Kiev pour dénoncer l’arrestation de l’ancien président géorgien Mikheïl Saakachvili et réclamer la destitution du chef de l’Etat, Petro Porochenko.

L’ancien allié du président ukrainien, qui est devenu l’un de ses plus fervents opposants, est soupçonné de liens avec une organisation criminelle. Interpellé une première fois mardi à Kiev, il est parvenu à échapper à la police grâce à ses partisans, mais a été repris vendredi.

Saakachvili, qui été au pouvoir en Géorgie de 2004 à 2013, avait été nommé gouverneur de la région d’Odessa, dans le sud de l’Ukraine, en mai 2015 par Porochenko, qui lui avait accordé la nationalité ukrainienne. Il a démissionné dix-huit mois plus tard en l’accusant de corruption et d’entrave aux réformes, puis a été déchu l’été dernier de sa nationalité ukrainienne.

Un important dispositif policier a été déployé pour encadrer la manifestation de dimanche, qui s’est déroulée dans le calme, alors que celles de la semaine dernière ont donné lieu à des affrontements.

« Beaucoup veulent le changement. C’est plus difficile quand Mikheïl n’est pas avec nous », a déclaré Sandra Roelofs, l’épouse de Saakachvili. « Rappelons-nous de ce qu’il a dit : ‘Quand il me prendront, continuer malgré tout, parce que l’Ukraine veut le changement, l’Ukraine doit devenir un pays meilleur' », a-t-elle ajouté.

L’ancien président géorgien a entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention. La justice ukrainienne doit se prononcer sur son éventuel placement en résidence surveillée.

Etiquette: ; ;