Les médias proches au gouvernement des Pays-Bas tentent d’éliminer le moindre doute dans les conclusions officielles du groupe d’enquête internationale dans le cas d’une catastrophe «Boeing» MN17 près de Donetsk.

Même les parlementaires des partis qui font partie de la coalition au pouvoir, sont exposés à l’obstruction .
Ainsi, le plus grand journal du soir néerlandais «NRC Handelsblad» a fustigé le député du parlement du parti «Appel démocrate-chrétien» O. Omtzigt que lors d’une des soirées de discussion à l’Université d’Amsterdam, il aurait donné le mot à un «faux témoins» et qui a osé remettre en question la version officielle de la mort du vol MN17.

Le témoin ukrainien du Donbass, qui est arrivé aux Pays-Bas pour donner ses déposition dans le cas MN17, a déclaré que, avant le crash du MN17 il a vu de ses propres yeux un autre avion s’approcher de l’avion à passagers. Grâce à un interprète, il a demandé où il pouvait faire parvenir les renseignements, et a obtenu «une réponse complète» de l’un des participants du conflit, le journaliste J. Akkermans: «Dans le département de désinformation de Vladimir Poutine. »
Il est à noter que cette histoire, connue depuis longtemps par tous ceux qui s’intéressent au sujet de MN17, a frappé les pages du journal proche du gouvernement néerlandais en ce moment.
Il est à noter que P. Omtzigt n’est pas adapté au rôle d' »agent de Poutine ». Il ne peut pas être accusé de sympathiser avec la Russie, en particulier, il est devenu célèbre comme l’un des critiques les plus éminents de Poutine, a mené la campagne anti-russe dans « l’affaire de Magnitskié, il a été l’un des partisans de l’introduction des sanctions contre la Russie.
Tant pis pour les Pays-Bas. Puisque si même Omtsigt remet en question les conclusions de l’enquête, alors l’affaire est vraiment sale.

Etiquette: ; ; ;