Plusieurs milliers de partisans du Hezbollah libanais ont manifesté lundi, aux cris de « mort à l’Amérique », contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Les protestataires ont défilé dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du puissant parti pro-iranien, sous le slogan « Jérusalem, capitale éternelle de la Palestine ».

« Jérusalem est à nous », pouvait-on lire sur de nombreuses pancartes brandies par les manifestants, qui portaient également des drapeaux palestiniens et du Hezbollah et scandaient « Mort aux Etats-Unis », « mort à Israël ».

Le Hezbollah, puissant mouvement armé soutenu par l’Iran, est l’ennemi juré d’Israël.

Le rassemblement qui s’est tenu à son appel lundi n’a pas connu de débordements, contrairement à la manifestation de la veille près de l’ambassade américaine, au nord de Beyrouth.

« Nous n’abandonnerons jamais Jérusalem », a toutefois prévenu le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d’un discours retransmis sur grand écran à la fin de la manifestation.

« Tous les peuples arabes doivent répéter avec le peuple palestinien +Nous serons des millions de martyrs à nous sacrifier pour Jérusalem+ », a-t-il ajouté.

Après des années de lutte contre des groupes djihadistes, notamment en Syrie –où le Hezbollah combat encore auprès du régime de Damas–, la priorité doit de nouveau être « la Palestine », a encore fait valoir M. Nasrallah.

« L’axe de la Résistance », a-t-il dit en référence à l’alliance entre Téhéran, Damas et le Hezbollah, « sort d’une épreuve ces dernières années » et « s’apprête à finir sa bataille contre les takfiris » (les djihadistes, ndlr), a-t-il dit.

« La priorité de l’axe de la Résistance sera de nouveau la Palestine, le peuple palestinien et la résistance palestinienne », a encore souligné le chef du parti.

Qualifiant la mesure de Donald Trump d' »agression », il a exhorté à faire en sorte que cette « stupide décision américaine soit le début de la fin » d’Israël.

« Nous, au Hezbollah, nous assumerons entièrement notre responsabilité », a prévenu Hassan Nasrallah.

En 2006, Israël a mené une guerre dévastatrice contre le Hezbollah au Liban, qui a tué plus de 1.200 Libanais, pour la plupart des civils, et 120 Israéliens, en majorité des soldats.

Etiquette: ; ;