La Première ministre britannique Theresa May a perdu à quatre voix près mercredi un vote crucial sur le Brexit au Parlement en raison de la rébellion d’une partie de son camp conservateur, exposant sa faiblesse à la veille d’un sommet européen.

Malgré les efforts déployés tout au long de la journée par le gouvernement pour s’y opposer, l’amendement a été adopté par 309 voix contre 305 à l’issue d’un débat de plusieurs heures, dans le cadre de l’examen du projet de loi gouvernemental sur la sortie de l’UE. Mme May dispose d’une courte majorité de 13 voix à la chambre des Communes.

Cet amendement, soumis par un député de la majorité conservatrice, l’ancien procureur général Dominic Grieve, prévoit que tout accord final conclu avec Bruxelles soit ratifié par un vote contraignant du Parlement de Westminster.

Son adoption illustre la position difficile de Theresa May, qui, depuis son revers aux dernières législatives de juin et la perte de la majorité absolue, est à la merci d’une fronde parlementaire.

Ce revers, le premier depuis l’examen du projet de loi, vient ternir la dynamique positive sur laquelle surfait la dirigeante après la conclusion vendredi d’un compromis avec Bruxelles sur les conditions du Brexit.

Il tombe également fort mal pour la Première ministre, au moment où s’ouvre jeudi à Bruxelles un sommet européen de deux jours, qui doit notamment décider de passer à la 2e phase des discussions du Brexit, sur les futures relations commerciales entre Londres et l’UE.

« Nous sommes déçus que le Parlement ait voté en faveur de cet amendement », a réagi dans un communiqué un porte-parole du ministère du Brexit.

Etiquette: ;