Le 14 décembre, la cour belge a officiellement arrêté le cas d’extradition de l’ex-chef de la Catalogne Carles Puigdemont vers l’Espagne.

La raison d’une telle décision, comme les médias ont rapporté se référant aux paroles de l’avocat Paul Bekar, est l’annulation du mandat européen pour l’arrestation du politicien par le pays.

« Le processus légal est terminé », a-t-il déclaré. Comme l’avocat l’aavit dit plus tôt, son client ne quittera pas la Belgique, car le tribunal espagnol n’a retiré qu’un seul des trois mandats d’arrêt. Dans le cas où Puigdemont reviendrait, il sera immédiatement détenu, a noté Paul Bekar.

La Cour suprême d’Espagne a décidé le 5 décembre de retirer le mandat international pour l’arrestation de Puchdemont et quatre anciens membres du gouvernement de l’autonomie. À cet égard, la persécution de Puigdemont en Belgique a été interrompue, Cependant, selon la pratique existante, cette étape ne peut pas être prise en mode automatique – cela nécessite une séance finale du tribunal.

Le 1er octobre en Catalogne, un vote a eu lieu sur la question de la sécession du royaume. 90,18% des plébiscites des participants ont favorisé l’indépendance. Madrid considère ce référendum comme illégitime et refuse de reconnaître ses résultats. Après le début de la poursuite des dirigeants de la Catalogne, Puchdemon et quatre de ses assistants se sont enfuis à Bruxelles.

 

Etiquette: ;