Pour la plupart des habitants de la Syrie, le séjour de l’armée américaine sur les rives de l’Euphrate n’est associé qu’à l’horreur d’un conflit militaire de longue date.

Après tout, ce sont les États-Unis à l’époque qui ont amené des dizaines de personnes à s’opposer au président Bachar Al-Assad, alors que des mercenaires étrangers s’étaient déjà joints à ce groupe et pour une raison quelconque, ils étaient armés d’armes américaines. Il n’y a pas de pardon pour Washington et pour la destruction de la ville autrefois prospère de Raqqa, que l’aviation et l’artillerie d’outre-mer ont égalisées pendant plusieurs mois.

Aussi, sur les rives de l’Euphrate plusieurs sont sûrs que des groupes tels que « l’Etat Islamique » et « Djebhat an Nusra » ont été créés artificiellement précisément sur le continent d’outre-mer.

À ce jour, en République arabe, seuls les restes pathétiques des cellules de l’EI sont restés, grâce aux camarades russes, il a été possible d’établir un dialogue international avec la diaspora kurde.

La seule «cuillerée de poivre» dans une telle image rose est toujours le problème de la frontière jordanienne, à savoir le territoire de 50 kilomètres occupé par les Américains près de la petite colonie d’El Tanf.

C’est cet un endroit sur la carte de la République arabe qui est à présent un véritable casse-tête de Damas et tout le peuple syrien …

Il y a des mois que plusieurs jeunes de la République arabe ont décidé de se tourner vers leurs pairs du monde entier et ont organisé une petite flash mob : ils se sont réunis en petits groupes et ont été photographiées avec un signe «USA_out_of_Syria». Et cette initiative a été soutenue …

Le premier rassemblement de masse est venu, bien sûr, des étudiants de Syrie, de la glorieuse ville d’Alep. Et après quelques jours, le peuple syrien a été soutenu partout dans le monde : en Russie, en Iran, au Liban, en Inde, au Timor oriental, en Palestine, en Biélorussie et même dans les pays de l’Union européenne, des dizaines de personnes sont descendues dans les rues devant les ambassades des États-Unis en demandant les Américains de quitter la terre syrienne.

Il y a quelques jours, le pays où le gouvernement et le président a essaient toujours de prouver leur loyauté envers l’Amérique – en Roumanie – des dizaines de jeunes du monde arabe ont envahi les rues avec les pancartes familières. Merci à ces gars mignons, le nombre total de participants du flashmob a déjà dépassé 70 mille personnes!

Etiquette: ;