La Thaïlande est l’un des premiers pays au monde à demander aux acheteurs de cartes SIM de donner leurs empreintes digitales ou de se laisser scanner le visage.

Le système est mis en place à partir de ce vendredi sur l’ensemble du pays et sera bientôt applicable aux touristes de passage dans le pays.

Les acheteurs de cartes SIM vont devoir donner leurs empreintes digitales. Ces empreintes vont être comparées avec les données enregistrées dans la carte d’identité biométrique de l’acheteur. Et le tout va être stocké dans un fichier central. Alternativement, un scan du visage de l’acheteur pourra aussi être effectué et comparé à la photo de la carte d’identité.

Cela s’appliquera aussi aux étrangers et aux touristes qui achètent une carte SIM, mais pas dans l’immédiat, tout simplement parce que les équipements pour lire les passeports biométriques sont beaucoup plus coûteux. L’an prochain toutefois, des scanners équiperont les magasins de cartes SIM dans les zones les plus fréquentées par les touristes. Et donc, dans ces zones, les touristes qui achètent une carte téléphonique devront se faire scanner le visage, et ce scan sera comparé à la photo du passeport.

Des raisons de sécurité 

Il y a deux raisons officielles à l’adoption d’un tel système. La première est une raison de sécurité. Un mouvement séparatiste musulman violent sévit dans le sud de la Thaïlande depuis une quinzaine d’années. Des attentats à la bombe ont lieu toutes les semaines, et la plupart de ces bombes sont activées par des téléphones portables. Forcer les acheteurs de cartes SIM à donner leurs empreintes digitales peut, dès lors, peut-être compliquer la tâche de ces rebelles séparatistes.

Par ailleurs, les Thaïlandais utilisent de plus en plus les moyens de paiement électroniques via leur téléphone portable. Or, de nombreuses fraudes ont été commises grâce à ce système. Et donc les autorités imposent l’enregistrement des empreintes digitales pour dissuader les fraudeurs.

La junte thaïlandaise, un régime autoritaire

La Thaïlande est actuellement sous un régime militaire. Beaucoup de Thaïlandais craignent donc un nouveau moyen de contrôle par la junte au pouvoir. La junte militaire exerce un contrôle très étroit pour des raisons politiques sur le réseau Facebook, mais aussi sur les applications de messagerie. Plusieurs personnes ont été condamnées à de lourdes peines de prison pour de simples messages.

Les autorités insistent sur le fait que ce système d’enregistrement des empreintes digitales ne vise pas du tout à contrôler les communications privées de tout un chacun, mais uniquement à lutter contre les fraudes et les attentats. Le problème est évidemment qu’il n’y a ni garantie ni transparence sur l’utilisation que la junte va faire des données ainsi stockées.

Lien

Etiquette: