Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson et la cheffe de la diplomatie canadienne Chrystia Freeland ont invité mardi les ministres des Affaires étrangères de pays engagés dans le règlement de la crise sur le nucléaire avec la Corée du Nord à une réunion le 16 janvier à Vancouver.

« Une solution diplomatique est à la fois essentielle et possible », a déclaré Chrystia Freeland à l’issue de sa rencontre à Ottawa avec Rex Tillerson.

A Vancouver, a indiqué M. Tillerson, se retrouveront « les ministres des Affaires étrangères » des pays membres du Commandement des Nations unies en Corée, comme la France, l’Australie, le Royaume-Uni mais aussi « la Corée du Sud, le Japon ou encore la Suède ».

L’objectif de cette rencontre, selon Mme Freeland, est de déployer « les efforts diplomatiques vers un avenir plus pacifique, prospère et dénucléarisé dans la péninsule nord-coréenne », ainsi que d’afficher solidairement « notre condamnation des actions de la Corée du Nord ».

A Vancouver, la communauté internationale doit adresser un message clair au régime de Pyongyang que la communauté internationale ne l’acceptera « pas en tant que nation nucléaire et une nation avec des armes nucléaires », a dit M. Tillerson.

Etiquette: