La France est prête à «renforcer son engagement» au Sahel dans la lutte contre les groupes terroristes, a déclaré samedi Emmanuel Macron, qui a appelé en parallèle à favoriser la «rapidité opérationnelle» de la force conjointe du G5.

En visite au Niger, «allié et ami», le président français a annoncé une aide supplémentaire de 10 millions d’euros en faveur de la scolarisation des jeunes filles, l’une des priorités du programme de développement impulsé par Mahamadou Issoufou.

Cette enveloppe s’ajoute aux 15 millions d’euros d’investissements déjà consentis par la France en faveur de la politique éducative au Niger. Paris s’est engagé à la mi-décembre à débloquer 400 millions d’euros sur la période 2017-2021 en faveur de Niamey.

Au lendemain d’une adresse aux troupes françaises sur la base de Niamey, où il a partagé avant l’heure un dîner de fête avec des militaires de l’opération Barkhane, Emmanuel Macron, qui était accompagné de la ministre des Armées Florence Parly, a souligné que la priorité restait la lutte contre le terrorisme.

«La France est prête, non seulement à maintenir, mais si besoin était à renforcer son engagement dans la région parce que le combat contre le terrorisme au Sahel est à mes yeux essentiel», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au côté de son homologue nigérien.

«Le combat n’est pas gagné aujourd’hui (…), il est indispensable non seulement de maintenir mais d’améliorer encore notre agilité sur le terrain, d’innover davantage et de concentrer nos priorités sur les régions identifiées comme étant les plus vulnérables», a-t-il ajouté.

Etiquette: ; ;