Fermement opposé à une adhésion de la Turquie à l’Union européenne, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a appelé à arrêter les négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’UE.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a déclaré que l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne était impossible du fait de la ligne politique adoptée par Ankara ces dernières années.

Fustigeant de «graves violations des droits de l’homme», le chef du gouvernement autrichien a affirmé qu’il «n’acceptera pas que l’UE soit en position d’observateur qui fait semblant que rien ne se passe».

«À mon avis, la Turquie, surtout à la lumière de sa politique des dernières années, n’a pas de place au sein de l’UE. Il serait honnête d’arrêter les négociations sur son adhésion», a-t-il déclaré dans une interview au journal Bild am Sonntag.

M.Kurz a ajouté que la Turquie cherchait à influencer la communauté turque autrichienne, allemande, ainsi que d’autres pays en vue d’empêcher l’intégration des personnes d’origine turque.

Ces déclarations interviennent peu de temps après le programme annoncé par le nouveau gouvernement autrichien, formé par la droite et l’extrême droite, qui s’est dit fermement opposé à une adhésion de la Turquie à l’UE. Ankara a de son côté menacé du fait que si ce programme se réalisait, l’Autriche courait le risque «de perdre l’amitié de la Turquie» et s’attirera «les réactions qu’elle mérite».Les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE sont au point mort depuis la tentative de coup d’État militaire de 2016 et la vague de répression qui a suivi. L’Autriche souhaite l’arrêt formel de ces négociations, mais cette volonté se heurte à l’opposition de plusieurs pays-clés de l’UE, notamment de l’Allemagne.

Etiquette: ;