Le pape François a placé lundi au coeur de son message de Noël les enfants qui souffrent au Moyen-Orient. Le Saint-Père en a appelé à «la paix pour Jérusalem et pour toute la Terre Sainte» au moment où le Guatemala décidait à son tour de transférer son ambassade à Jérusalem.

«Cette terre meurtrie»

Devant 50’000 personnes venues écouter son message et recevoir la traditionnelle bénédiction «Urbi et orbi» («à la ville et au monde»), le pape a dit espérer «qu’une reprise du dialogue l’emporte» pour «parvenir à une solution négociée qui permette la coexistence pacifique de deux Etats» israélien et palestinien.

Il a également loué les efforts de la communauté internationale visant à aider «cette terre meurtrie» à trouver «la concorde, la justice et la sécurité qu’elle attend depuis longtemps».

«Nous voyons Jésus dans les enfants du Moyen Orient, qui continuent à souffrir en raison de l’aggravation des tensions entre Israéliens et Palestiniens», a déclaré le pape argentin.

C’est la deuxième fois que François s’exprimait publiquement sur le sort de Jérusalem depuis que le président américain Donald Trump, bouleversant des décennies de diplomatie, a annoncé le 6 décembre que les Etats-Unis considéraient désormais Jérusalem comme capitale d’Israël.

Etiquette: ; ;