Le président russe Vladimir Poutine a signé vendredi la loi renforçant drastiquement les peines pour recrutement des terroristes, dans un contexte de menace liée au retour des jihadistes partis en Syrie.

La publication officielle de cette loi intervient deux jours après un attentat à la bombe qui a frappé mercredi un supermarché à Saint-Pétersbourg (nord-ouest), deuxième ville de Russie, faisant 14 blessés.

Selon le document, le recrutement des terroristes, tout comme leur financement seront désormais passible d’une réclusion à perpétuité, alors que jusqu’ici, la peine maximale était de 10 ans de prison.

Votée par la Douma (chambre basse du Parlement) le 14 décembre et approuvée par le Conseil de la Fédération (chambre haute) le 26 décembre, la loi entre en vigueur immédiatement.

La Russie intervient militairement en Syrie depuis septembre 2015 en soutien aux forces du président Bachar al-Assad et contre les jihadistes.

Après l’annonce mi-décembre par Vladimir Poutine d’un retrait partiel de ses troupes, les services de sécurité ont dit craindre une arrivée de jihadistes de retour de Syrie maintenant que le groupe Etat islamique a perdu la quasi-totalité de son territoire dans ce pays mais aussi en Irak.

Mercredi, l’explosion d’une bombe artisanale laissée à la consigne d’un supermarché de Saint-Pétersbourg, ancienne capitale impériale russe et ville natale de M. Poutine, a fait 14 blessés.

Après cet « acte terroriste », le président russe a ordonné de « liquider sur place » les auteurs d’attentat mettant en danger les forces de l’ordre.

Mi-décembre, les services de sécurité russes avaient déjà annoncé avoir démantelé une cellule du groupe EI s’apprêtant à commettre des attentats le 16 décembre à Saint-Pétersbourg, notamment dans la très touristique cathédrale Notre-Dame-de-Kazan.

Etiquette: ;