La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a été critiquée samedi pour son hommage au révolutionnaire marxiste argentin Ernesto Guevara, qualifié d’«icône romantique» lors de l’inauguration d’une exposition consacrée au Che par la capitale.

Jeudi, Anne Hidalgo avait tweeté : «Avec l’exposition Le CHE à Paris, la capitale rend hommage à une figure de la révolution devenue une icône militante et romantique. À découvrir gratuitement à l’Hôtel de Ville de #Paris» jusqu’au 20 février.

Un hommage au héros de la révolution cubaine qui passe mal, notamment à droite. «Hallucinant ! @Anne_Hidalgo célèbre le romantisme du Che, une crapule sanguinaire qui a personnellement torturé et assassiné de sa main 130 malheureux dans l’abominable camp de concentration et de torture qu’il dirigeait. À quand un hommage à Pol Pot, Béria et Mao ?», a tweeté l’ancien ministre de l’Éducation Luc Ferry.

Pour la députée LR Valérie Boyer, «Hidalgo ose toutes les indignités… C’est aussi à ça qu’on la reconnaît ». Le leader francilien du FN, Wallerand de Saint Just, a lui dénoncé «une exposition à la gloire du stalinien Che Guevara», qualifié d’«ignoble boucher».

Dès vendredi, le philosophe Raphaël Enthoven avait vivement critiqué les propos d’Anne Hidalgo: «Magnifique ! Meurtres et romantisme à Paris. Que pèsent les victimes du Che à côté d’un hommage à leur bourreau ? En 2019, Anne Hidalgo prévoit une exposition sur la tendresse khmère intitulée “Touche pas à mon Pol Pot”. Voici le temps des assassins».

Etiquette: ; ;