(le début)

2017 aura vu plusieurs événements internationaux majeurs réveiller ou raviver des tensions au sein de la communauté internationale. Sur de nombreux dossiers, tels que la Syrie ou la Palestine, les grandes puissances continuent à s’opposer.

Russie-USA : l’occasion ratée d’un réchauffement des relations

Si l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, fin 2016, laissait présager une amélioration des relations entre Washington et Moscou, au regard de ses déclarations de campagne, elles se sont crispées en 2017 sur plusieurs dossiers. 

Sur le terrain miné de la guerre en Syrie, par exemple, Washington et Moscou ont haussé le ton à plusieurs reprises l’un envers l’autre. Quand le premier arme et soutient des forces rebelles – et va même jusqu’à frapper une base militaire syrienne –, le second soutient le chef de l’Etat syrien pour préserver la souveraineté du pays.

De même, sur les dossiers israélien, iranien, ukrainien ou encore vénézuélien, les désaccords sont nombreux et profonds entre la Russie et les Etats-Unis.

De manière générale, Moscou pointe toujours du doigt, après l’élection de Donald Trump, l’hégémonisme américain : Vladimir Poutine a ainsi jugée «agressive» la nouvelle stratégie de sécurité des Etats-Unis.

Jérusalem : quand Donald Trump embrase le Proche-Orient

La décision unilatérale du président américain de reconnaître officiellement, le 6 décembre, Jérusalem comme la capitale d’Israël, a réenflammé les relations déjà difficiles entre Israéliens et Palestiniens – le mouvement islamiste palestinien Hamas appellant à une «nouvelle intifada». Cette décision a également provoqué une vague de critiques dans le monde, notamment à l’ONU, ainsi que des manifestations massives dans le monde musulman (notamment en Turquie et en Jordannie).

Pas plus tard que le 30 décembre, un jeune Palestinien de 20 ans est décédé dans la bande de Gaza. Il avait été blessé la veille dans des heurts avec les forces israéliennes. Sa mort porte à 13 le nombre de Palestiniens tués depuis l’annonce américaine du 6 décembre. 11 l’ont été dans des heurts avec les forces de l’ordre israéliennes et deux par une frappe aérienne israélienne à Gaza. Depuis l’enclave, 17 tirs de roquettes ont visé le sud d’Israël et n’ont fait que des dégâts matériels.

Les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, comme la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

(à terminer)

Etiquette: ; ;