Au moins dix personnes sont mortes dimanche soir lors de manifestations violentes dans une dizaine de villes iraniennes, a indiqué lundi la télévision d’Etat.

Le peuple iranien répondra aux « fauteurs de troubles et hors-la-loi », a déclaré le président Hassan Rohani, qualifiant les protestataires de «  petite minorité qui lance des slogans allant à l’encontre (…) de la volonté de la nation et insulte les valeurs sacrées et révolutionnaires  », selon le site de la présidence.

Pour la quatrième nuit consécutive, les Iraniens sont descendus dimanche soir dans la rue dans plusieurs villes du pays dont la capitale Téhéran pour protester contre le pouvoir et les difficultés économiques.

«  Notre économie a besoin d’une grande opération de chirurgie, nous devons tous être unis  » a affirmé M. Rohani, précisant que le gouvernement avait la volonté de « régler les problèmes de la population ».

Selon la télévision d’Etat, six personnes ont été tuées dimanche soir par des « tirs suspects » dans les violences qui ont touché Toyserkan (ouest), alors que plus tôt, les médias avaient fait état de quatre morts dans les villes d’Izeh (sud-ouest) et Doroud (ouest).

Au total, depuis le début jeudi des manifestations contre les difficultés économiques et le pouvoir, douze personnes ont trouvé la mort dans trois villes différentes.

Etiquette: