Paris a aussi rappelé mardi à Téhéran que le droit de manifester librement est « un droit fondamental ».

La France a exprimé mardi « sa préoccupation face au nombre important des victimes et des arrestations » lors du mouvement de contestation en cours en Iran.

Rappel du « droit de manifester ». Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères assure que « les autorités françaises suivent avec attention la situation en Iran. Le droit de manifester librement est un droit fondamental. Il en va de même de la libre circulation de l’information ».

Le nombre de victimes « préoccupant ». « La France exprime sa préoccupation face au nombre important des victimes et des arrestations. Ces questions, comme de manière générale le respect des droits de l’Homme, seront au coeur de nos échanges avec les autorités iraniennes dans les prochaines semaines », ajoute le quai d’Orsay.

21 morts depuis jeudi dernier. Un mouvement de contestation contre les difficultés économiques et le pouvoir, sans équivalent depuis 2009, a débuté il y a six jours en Iran et fait au moins 21 morts, dont 16 manifestants. Mardi, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a accusé les « ennemis » de l’Iran  de s’unir pour porter atteinte au régime. Les rassemblements antigouvernementaux, qui se poursuivent essentiellement dans des villes de province en dépit du blocage des réseaux sociaux Telegram et Instagram utilisés pour appeler à manifester, sont les plus importants depuis le mouvement de 2009 contre la réélection du président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad.

Etiquette: ;