En Corse, la nouvelle collectivité unique de l’île élue le mois dernier entre en fonction ce mardi 2 janvier. La cérémonie d’investiture des nouveaux élus doit avoir lieu dans l’après-midi.

Les nationalistes y seront présents en nombre après avoir remporté la majorité absolue. Ils vont dominer cette « super-région » unique en France, avec des pouvoirs très larges.

Cette collectivité unique remplace non seulement l’ancienne mais aussi les deux départements, la Haute-Corse et la Corse-du-Sud. Les nationalistes vont devoir gérer un budget de plus d’un millard d’euros.

Transports, logement, aménagement et développement du territoire : leurs champs d’action sont nombreux et les attentes aussi, notamment sur les sujets économiques. La Corse est une région pauvre avec un très fort taux de chômage, surtout chez les jeunes. Mais les habitants d’Ajaccio s’estiment contents qu’on laisse plus de liberté aux Corses pour résoudre par eux-mêmes leurs problèmes.

A LIRE : L’autonomiste Gilles Simeoni élu président du Conseil exécutif de Corse

 Malgré ces compétences élargies, les nationalistes souhaitent plus d’autonomie et un véritable statut pour la Corse, un programme sur lequel ils ont été élus. Gilles Simeoni, le leader nationaliste, a appelé ce 2 janvier le président de la République à « parler rapidement sur sa vision de la Corse et sa vision du dialogue » qui devra « s’engager entre la Corse et la République ».

Etiquette: ;