La présidence palestinienne a déclaré aujourd’hui à l’AFP que Jérusalem n’était « pas à vendre », en réaction à la menace de Donald Trump de supprimer l’aide financière américaine de 300 millions de dollars si les Palestiniens refusent de négocier avec Israël.

« Jérusalem est la capitale éternelle de l’Etat de Palestine et n’est pas à vendre pour de l’or ou des milliards« , a affirmé à l’AFP Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence, en référence au refus palestinien de reprendre des négociations après la reconnaissance par Washington de la Ville sainte comme capitale d’Israël.

A LIRE : Trump promet d’arrêter l’assistance financière des États-Unis aux Palestiniens 

Etiquette: ;