Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu effectuera une visite en Allemagne le 6 janvier.

Il se réunira avec son homologue allemand, Sigmar Gabriel, dans sa ville natale, Goslar, près de Hanovre, ont fait savoir des sources diplomatiques, jeudi.

Le but de cet entretien est de faire baisser la tension et d’accélérer la normalisation des relations entre Ankara et Berlin.

Il est prévu que les deux ministres visent à améliorer la confiance mutuelle via le renforcement du dialogue politique. Ainsi, le but est que les ministres chargés de l’économie ou des transports effectuent des visites réciproques.

Les sources diplomatiques ont insisté sur la normalisation rapide des relations compte tenu de la densité des relations économiques et commerciales: L’Allemagne a été la première destination des exportations turques en 2016, et la deuxième source d’importation pour la Turquie, la même année. En revanche, la Turquie est le treizième partenaire commercial de l’Allemagne.

La partie turque veut que Berlin supprime les limites contre les entreprises allemandes qui veulent investir en Turquie.

La Turquie demande aussi que Berlin fasse une démarche en vue de supprimer la limite de 105 millions d’euros concernant les aides financières pré-adhésion accordées aux pays candidats à l’Union européenne (UE).

Les relations entre les deux pays s’étaient tendues avant les élections législatives de septembre en Allemagne.

Mais toutes les deux parties ont fait des signes positifs ces derniers temps.

Cavusoglu et Gabriel se sont exprimés en faveur d’une amélioration des relations.

«Nous avons un bon dialogue avec Gabriel surtout, avait affirmé Cavusoglu, dans une interview avec l’agence de presse allemande DPA. Je pense que toutes les deux parties sont prêtes à la normalisation des relations. J’espère que 2018 soit une meilleure année.»

En outre, au cours d’une réunion avec des journalistes, mercredi à Ankara, Cavusoglu avait déclaré: «Nous n’avons aucun problème avec l’Allemagne, mais elle en a avec nous. Elle doit nous les indiquer.»

La partie allemande a eu des propos positifs, ces derniers temps.

Suite à la libération de ressortissants allemands qui avaient été détenus en Turquie, Gabriel avait dit que ce type de démarches pourraient de nouveau édifier une confiance.

En outre, la porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Maria Adebahr avait affirmé qu’ils sont prêts à faire baisser la tension avec la Turquie.

Etiquette: ; ;