Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé mardi le procès aux Etats-Unis contre le banquier turc Hakan Atilla une tentative d’exercer des pressions sur la Turquie. Il l’a dit pendant son intervention lors de la réunion du Parti de la Justice et du Développement à Ankara.

«L’affaire judiciaire aux États-Unis est de opération conjointe, du FETO, du FBI et la CIA pour faire pression sur la Turquie, mais ils ne réussiront pas à nous retenir de notre politique, ils n’y arriveront à rien, a-t-il dit, – Le cas sensationnel aux États-Unis est une tentative du coup politique».

Le 3 janvier, le jury fédéral de Manhattan a reconnu Atilla coupable d’avoir participé au transfert des fonds reçus par l’Iran de la vente de pétrole et de gaz. Plus tôt, l’homme d’affaires irano-turque Reza Zarrab, qui avait figuré la même affaire, a révélé à l’enquête le programme de livraison des fonds à l’Iran dus à la vente illégale de l’or « Halkbank Bank » à Dubaï et avait plaidé coupable d’avoir enfreint les sanctions contre l’Iran.

Le vice-Premier ministre turc Bekir Bozdag a déclaré le 4 janvier que l’affaire contre Attila avait gravement porté atteinte aux relations entre Ankara et Washington. Selon lui, cela « n’affecte pas non plus l’économie turque ».

Etiquette: ;