Le centre d’Athènes est le théâtre ce lundi d’accrochages entre les forces de l’ordre et les manifestants venus s’opposer à l’adoption de nouvelles lois.

Comme l’explique la presse, pour contenir quelques centaines d’anarchistes, les forces de l’ordre ont eu recours à des gaz lacrymogènes.

Ce lundi ont eu lieu des affrontements entre la police et des manifestants rassemblés devant le parlement grec, en plein centre d’Athènes; pour disperser la foule, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, rapporte l’agence d’informations locale AMHA.Plusieurs milliers de manifestants sont descendus ce lundi dans les rues de la capitale grecque pour protester contre l’adoption de lois limitant notamment le droit de grève. D’après les médias, quelque 300 anarchistes n’ayant aucun rapport avec les manifestations annoncées sont à l’origine des troubles qui ont éclaté.

Selon la presse, regroupés place Sintagma, près du siège du parlement, ils se sont mis à attaquer les gardiens de la paix en leur jetant des pierres et des «cocktails Molotov». La police a riposté avec du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes.

Des accrochages d’une moindre ampleur ont eu lieu de l’autre côté de la place, lorsque des membres du parti Unité populaire ont cherché à monter les escaliers du parlement. La police a également eu recours à des lacrymogènes, indique l’agence.

Etiquette: ;