Le Premier ministre espagnol a lancé lundi un avertissement aux indépendantistes catalans, les prévenant que l’autonomie de leur région resterait suspendue dans le cas où Carles Puigdemont tenterait de gouverner depuis Bruxelles.

Devant des responsables de son parti réunis à Madrid, Mariano Rajoy a affirmé que le futur président de la Catalogne devrait « prendre ses fonctions », et le faire « physiquement » car « on ne peut pas prendre ses fonctions depuis Bruxelles ».

« S’il ne le fait pas, l’article 155 restera en vigueur », a-t-il déclaré, en évoquant le passage de la Constitution qui a permis la mise sous tutelle de cette région du nord-est du pays, depuis le 27 octobre.

M. Rajoy avait eu recours à cet article pour destituer le gouvernement régional, dissoudre le parlement et convoquer des élections régionales, à peine quelques heures après le vote d’une déclaration d’indépendance par la chambre régionale, dominée par les séparatistes depuis 2015.

Une mesure mal vécue par beaucoup de Catalans, très attachés à leur statut d’autonomie récupéré après la fin de la dictature de Francisco Franco, mort en 1975.

Etiquette: ;