Le chef de l’État est en déplacement dans la ville symbole des Hauts-de-France alors qu’enfle la polémique autour du projet de loi asile et immigration.

Pas un chef d’État n’y échappe. Calais, ville symbole de la crise migratoire et point de passage obligé pour tout président de la République qui engage une réforme sur le sujet. C’est au tour d’Emmanuel Macron de faire le déplacement ce mardi. Le chef de l’État vient y exposer la politique migratoire qu’il compte appliquer et qui provoque la polémique jusqu’au sein de sa majorité.

«Le président de la République vient s’assurer que toutes les orientations données dans le cadre de la nouvelle politique d’asile et d’immigration sont mises en œuvre», explique-t-on dans son entourage. Ces orientations s’articulent autour du fameux «en même temps» macronien: fermeté et humanité. Soit: dissuader les migrants de se rendre dans «l’impasse» calaisienne mais, si cela ne suffit pas, les y «accueillir dignement». Pas question de laisser se reformer la jungle que François Hollande avait démantelée en septembre 2016, à l’orée de la campagne présidentielle.

Etiquette: ; ;