Les sociaux-démocrates roumains ont désigné mardi une eurodéputée, Viorica Dancila, pour succéder au Premier ministre démissionnaire qu’ils ont fait chuter en raison d’un conflit au sein de la tapageuse majorité de gauche.

« Mme Dancila est eurodéputée depuis 2009, elle est respectée à Bruxelles, consensuelle, communicative et a de bonnes relations avec les responsables de la Commission », a déclaré le président du parti social-démocrate (PSD) Liviu Dragnea.

Les sociaux-démocrates ont débarqué lundi soir leur second Premier ministre en quelques mois, Mihai Tudose, en poste depuis juin.

Mme Dancila pourrait être nommée dès mercredi si elle obtient l’aval du chef de l’Etat Klaus Iohannis qui recevra en milieu de journée le PSD et son petit allié libéral Alda. Elle deviendrait la première femme cheffe de gouvernement en Roumanie.

Sa désignation représente aussi « un signal pour Bruxelles, car nous voulons améliorer les relations du gouvernement avec la Commission », a ajouté M. Dragnea, alors que l’UE a critiqué ces derniers mois la Roumanie pour une réforme controversée de la justice promue par la majorité de gauche.

En attendant, le président de centre droit a chargé le ministre sortant de la Défense Mihai Fifor d’assurer l’intérim au poste de Premier ministre.

« Nous avons besoin rapidement d’un nouveau gouvernement pour que cette période d’incertitude ne se transforme pas en instabilité politique », a déclaré mardi le président « mécontent et inquiet » au lendemain de la nouvelle crise provoquée par le PSD, revenu au pouvoir il y a un an.

Après le renversement du gouvernement de Sorin Grindeanu en juin, le chef de l’Etat, confronté aux tensions croissantes au sein du parti au pouvoir, avait exprimé des doutes quant à la « capacité du PSD à gouverner », laissant entendre qu’il pourrait refuser de charger un nouveau membre du parti de diriger l’exécutif.

Etiquette: ;