La Turquie exige que les États-Unis retirent toutes les armes qui avaient été envoyées à la frontière entre la Syrie et la Turquie, a annoncé jeudi, le ministre turc de la Justice Abdulkhamit Gül dans une interview à la télévision NTV.

«En tout cas, la Turquie ne restera pas les bras croisés si vers ses frontières il y a une menace très importante [des milices]. Cette déclaration [du secrétaire d’Etat américaine Rex Tillerson] est très importante. Les armements que les Etats-Unis avaient envoyé [à la frontière syro-turque] devrait être retourné», – a dit le ministre commentant la récente déclaration du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson.

Plus tôt, le chef dun département pour des relations publiques pour l’opération « Inhérente Resolve » le colonel Thomas Veale avait déclaré que les Etats-Unis «préparerions le service frontalier de sécurité syrienne» d’environ 30 mille de combattants de la coalition kurde principalement – « Forces de la Syrie démocratique », qui comprend des groupes qui sont considérés comme des terroristes en Turquie.

Ankara, de manière très sévère, a commenté l’initiative de créer des «forces de sécurité frontalières» et a promis de détruire complètement cette menace à ses frontières.

Etiquette: ;