Malgré ses obligations, Washington s’est sérieusement adonné à des tentatives d’instaurer un gouvernement alternatif sur le territoire syrien, a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Le Pentagone, ministère de la Défense américaine

Washington n’entend pas s’acquitter de ses obligations et élabore des plans à long terme pour constituer un gouvernement alternatif sur le sol syrien, a expliqué le ministre russe des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse.

«Les États-Unis s’occupent sérieusement de la mise en place d’organes de pouvoir alternatifs sur une vaste partie du territoire syrien, c’est un fait, qui, certes, contredit fortement leurs propres obligations qu’ils ont signées à plusieurs reprises, y compris au Conseil de sécurité sur l’engagement en faveur de l’intégrité territoriale de la Syrie.»

En cela, l’incohérence et l’absence de détermination à remplir leurs engagements restent caractéristiques de la politique américaine actuelle, a ajouté Sergueï Lavrov.

Le secrétaire d’État Rex Tillerson lui a maintes fois affirmé que le seul objectif des forces américaines en Syrie était de défaire les djihadistes de Daech, a rappelé M.Lavrov, mais les États-Unis semblent envisager d’autres choses à l’heure actuelle.«Ils ont des plans bien plus ambitieux. Il nous faudra en tenir compte et chercher des moyens qui ne leur permettront pas de torpiller la souveraineté de l’État syrien», a souligné le ministre.

Plus tôt dans la semaine, le secrétaire d’État américain avait annoncé que les États-Unis envisageaient de maintenir leur présence militaire en Syrie même après la défaite du groupe terroriste Daech et que pour assurer l’avenir de la Syrie, Washington avait besoin de coopérer avec Ankara.

Etiquette: ;